Cooperative culturelle ; Cooperative multimédia
Jamana Contact   Imprimer
 


KOUTIALA

Les prix des vivres dissuadent

Koutiala est par excellence une zone de production céréalière du Mali. A cause de la mauvaise campagne agricole de 2004, les prix des céréales sont hors de portée des consommateurs.

La situation de vie chère au Mali est une triste réalité. Cela est dû en premier lieu à une année pluviométrique très déficitaire sur l'ensemble du pays. Et secundo à une attaque acridienne très importante. L’année 2004 aura été particulièrement désastreuse pour les producteurs agricoles.

Ainsi les prix des céréales ont vite pris l'ascenseur. Des villes comme Koutiala réputée pour leur grande capacité de production de coton certes, mais aussi de céréales (mil, riz ou de maïs) connaissent aujourd’hui des surenchères de la part des acheteurs. Les acheteurs sont des commerçants intermédiaires entre les paysans producteurs et les consommateurs. Ainsi aujourd'hui à Koutiala le kilo de riz importé "Bakoré sylla" est cédé à 275 fcfa  contre 340 fcfa pour le riz de l'office du Niger contre respectivement moins de 230 et 250 à la même période, l’année dernière. Quant au mil, il est vendu au marché d'Hamdallaye, un quartier populaire de Koutiala à 190fcfa le kilo contre 30fcfa l'année dernière à la même période.

‘’La vie a toujours été dure pour les populations qui pratiquent l’agriculture de subsistance. Ils sont toujours confrontés à une pénurie alimentaire récurrente, surtout à la période de soudure, avant les nouvelles récoltes. La plupart des nécessiteux n’ont pas d’argent pour s’approvisionner. On assiste alors à la vente de matériels agricoles, voire du bétail’’ constate un agent local de l’OPAM (Office des produits alimentaires du Mali).

C'est pourquoi plusieurs cotonculteurs de la zone de Koutiala ont réservé cette année des parcelles importantes à la culture des céréales pour au moins leur propre autosuffisance alimentaire.

Il faut rappeler que la CMDT (Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles), la compagnie cotonnière qui avait en charge l’encadrement des paysans de la zone, faisait de la sécurité alimentaire sa préoccupation essentielle. Pour ce faire, il était recommandé aux paysans de cumuler la culture du coton avec celle des céréales. Avec le recadrage de sa mission, la CMDT ne peut plus s’occuper que du coton. Ajustement structurel et privatisation obligent.

Mohamed Lamine SYLLA

Radio Jamana Koutiala

Accueil
Dans ce site web vous trouverez :
 

 

 

 

 

 
:: JAMANA : Coopérative Culturelle Multimédia AV. Cheick Zayed - Porte 2694 - Hamdalaye Bamako Mali ::
Tél. 00(223) 229 62 89 - Fax : 00 (223) 229 76 39 - http://www.jamana.org