Cooperative culturelle ; Cooperative multimédia
Jamana Contact   Imprimer
 
 

La loi d’orientation agricole passe devant les paysans.

Pessimisme des acteurs de base quant à la prise en compte effective de leurs préoccupations, c’est ce que révèle l’analyse des recommandations de l’atelier de concertation locale sur la loi d’orientation agricole tenue à Nioro du sahel en début septembre.

Le gouvernement du Mali a initié une série de concertations locales dans le but d’impliquer les acteurs de la base dans l’élaboration de la Loi d’Orientation Agricole, loi qui se veut une réponse au besoin de développement des populations rurales. La rencontre qui s’est tenue à cet effet à Nioro du sahel les 1 er, 2 et 3 septembre 2005 a regroupé un quarantaine de participants des cercles de Nioro et Diéma. Agriculteurs, éleveurs et exploitants forestiers ont exprimé leurs points de vue sur des thèmes comme l’agriculture, l’auto suffisance alimentaire, la maîtrise de l’économie, l’environnement et le problème foncier.

Selon le président du bureau de la chambre d’agriculture locale Amadou Maguiragua, les recommandations issues de la rencontre démontrent à suffisance une crise de confiance des ruraux à l’endroit des décideurs et leurs conseillers d’une part, et d’autre part une inquiétude des populations rurales quant à l’avenir de la Loi d’Orientation Agricole..

Les recommandations issues de l’atelier sont multiples et variées. Elles vont de la nécessité de prise en compte par les autorités du pays des préoccupations et propositions formulées à l’accès des femmes et des enfants à la terre en passant par la dotation des producteurs de capacités leur permettant d’assurer la sécurité alimentaire pour leurs populations.

La quarantaine de participants a insisté sur la concrétisation de leur rêve « l’élaboration d’une loi qui résout les vrais problèmes de la masse paysanne ».

Quant aux éleveurs, ils se disent marginalisés, car le volet pastoral a été peu débattu alors qu’il constitue à leurs yeux l’activité principale de la localité. L’honorable Cheick Hamalla Bathily député élu à Nioro et vice président de la sous-commission Développement rural à l’Assemblée Nationale du Mali a promis de faire figurer en bonne place tous les aspects liés à l’élevage qui sont ignorés dans la charte pastorale et de veiller sur leur adoption.

Daniel DEMBELE

Nioro du sahel

 


projet de developpement social

20 logements sociaux pour Nioro du Sahel, les travaux ont commencé

S’enquérir de l’état d’avancement des travaux de réalisation des 20 logements sociaux de Nioro était l’objectif d’une mission de l’urbanisme et de l’habitat conduite par Monsieur Ngolo Coulibaly son directeur national. C’était lundi 12 septembre 2005 au quartier Kaïmé de Nioro du sahel. Ces maisons de type F2 qui sont toute couverte en taule se composent chacune d’une chambre principale, une chambre secondaire, un magasin et une véranda. Les travaux sont au niveau des soubassements qui selon monsieur Coulibaly doivent être beaucoup plus renforcés pour permettre d’éventuelle extension verticale et même horizontale de la maison dans l’avenir, un argument qui soutien le fait que la toiture soit en taule. Il faut signaler que le chef de l’état lors de sa visite à Nioro du sahel en novembre 2004 avait promis aux Niorois la réalisation de 20 logements sociaux. Ces logements entrent dans le cadre de la troisième phase du projet de construction des logements sociaux. Elle concerne Bamako avec 500 logements, une cité de 145 maisons à Mopti, 33 maisons à Tombouctou, 20 logements pour Goundam, Kita, Nioro et Bandiagara, 15 pour Diré, 45 pour Kayes et 30 pour la ville de San. Ce projet de 12 milliards 700 millions de francs est financé par l’État conformément au communiqué du conseil des ministres du 27 juillet 2005.Ceux qui seront les heureux bénéficiaires de ces logements auront à rembourser sur 20 ans 49% du coût total, les 51% étant à la charge de l’état à titre de subvention. Pour accéder à un de ces logements dont le coût envoisine six millions de francs CFA, des critères d’éligibilité ont été définis. Ces critères sont :

  • Être de nationalité malienne
  • Ne pas être propriétaire de logement dans la ville de Nioro
  • avoir dans son compte à la Banque de l’habitat du Mali (BHM SA) ou à une Banque correspondante une épargne caution permanente dont le montant correspond au moins à 3 mensualités de remboursement du prêt logement.
  • Ces critères sont valables pour les maliens de l’extérieur

Ces logements sont d’un grand appui pour les populations de Nioro sur le plan économique et social. Les bénéficiaires pourront faire face à d’autres exigences avec cet argent qu’ils dépensaient pour les loyers. Les travaux de construction de ces 20 logements ont créée des emplois pour une soixantaine de jeunes dans la capitale du sahel

Daniel DEMBELE

Nioro du sahel

 

 

Archives

Accueil
Dans ce site web vous trouverez :
 

 

 

 

 

 
:: JAMANA : Coopérative Culturelle Multimédia AV. Cheick Zayed - Porte 2694 - Hamdalaye Bamako Mali ::
Tél. 00(223) 229 62 89 - Fax : 00 (223) 229 76 39 - http://www.jamana.org