Cooperative culturelle ; Cooperative multimédia
Jamana Contact   Imprimer
 
 

EVALUATION DES BANQUES DE CEREALES

Mopti met des garde-fous

Le 8 août dernier, le chef de l'Etat a procédé au lancement officiel des banques de céréales au commissariat à la sécurité alimentaire. Il en a profité pour demander une évaluation, ce que Mopti a fait.

La banque de céréales est une unité économique qui a pour rôle d'assurer pour le compte de ses membres les opérations de collecte, de stockage, de conservation et de vente des céréales en vue de contribuer à la sécurité alimentaire et à la promotion du milieu dans lequel elle se trouve.

Mr Ibrahima Cissé, technicien d’agriculture à la chambre régionale d'agriculture de Mopti pense qu’"Il faut que le besoin soit ressenti par les populations pour toute création de banque de céréales. On ne peut pas installer une banque n'importe où. Le plus souvent, elle fonctionne bien dans les zones à équilibre précaire ou déficitaire. Et la mise en place des organes de gestion et de surveillance par l'assemblée des sociétaires de la banque, ainsi que la création d'infrastructures (magasins, instruments de mesure, etc..) doivent précéder l'implantation de la banque de céréales. Et puis, il faut que la contribution sociale soit demandée (matériel et financier) pour que la population s'approprie la banque."

Selon Mr Yaya Tamboura, adjoint au commissaire à la sécurité alimentaire, « les banques de céréales telles qu'elles sont initiées, permettront d'assurer une sécurité alimentaire de proximité. Et c'est dans ce cadre que le gouvernement a demandé que l'on fasse une évaluation des anciennes banques de céréales. Nul n'ignore que ces banques dans beaucoup de cas ont été un échec. C'est pourquoi le gouvernement a instruit aux autorités régionales de prendre toutes les dispositions nécessaires pour une réussite totale de ces nouvelles banques qui vont être mises en place. Et c'est la raison pour laquelle le Président de la République a lui même remis à tous les gouverneurs de région les protocoles d'accord relatifs à la mise en place de ces banques de céréales  ». Selon le commissaire adjoint à la sécurité alimentaire, pour empêcher les échecs comme par le passé, il faut d'abord responsabiliser les conseils communaux, car les parties signataires de ce contrat sont : le gouverneur de région, le commissaire à la sécurité alimentaire et le maire de la commune concernée. Et dans ce protocole chaque partie a une part d’obligations pour la réussite de l'opération.

Pourtant, à Mopti, les céréales sont acheminées vers les 21 communes concernées, alors que les comités de gestion n'ont pas encore été mis en place. En plus, ces céréales acheminées ne doivent point faire l'objet de distributions gratuites, mais vendues à un prix modéré (subventionné) selon la convenance du comité de gestion, et les fonds collectés doivent être domiciliés dans une banque de la place.

Pour le suivi évaluation des banques de céréales, le maire doit faire chaque mois un rapport au gouverneur ; celui-ci, à son tour, doit un compte rendu trimestriel au commissariat à la sécurité alimentaire. Tous les semestres, un comité composé des membres des trois parties procédera sur le terrain à des contrôles de suivi rapprochés.

En outre, les comités de gestion se sont engagés, après les récoltes, à réapprovisionner leurs banques pour pouvoir faire face aux périodes de conjoncture. 

La banque de céréales garantii la sécurité alimentaire. Au Mali, le grenier familial et les champs collectifs avaient servi à assurer la sécurité alimentaire des familles et des collectivités. Pour preuve, les paysans se tapaient la poitrine d'avoir des greniers de 5 ou de 7 ans !

Kalane Djibril

Mopti

Archives

 

Accueil
Dans ce site web vous trouverez :
 

 

 

 

 

 
:: JAMANA : Coopérative Culturelle Multimédia AV. Cheick Zayed - Porte 2694 - Hamdalaye Bamako Mali ::
Tél. 00(223) 229 62 89 - Fax : 00 (223) 229 76 39 - http://www.jamana.org