Cooperative culturelle ; Cooperative multimédia
Jamana Contact
Imprimer
 

 

 

2010

Mois de novembre

Les Echos du 30 novembre

 

NORD-MALI
Les criquets pèlerins envahissent les pâturages
Les criquets pèlerins ont infesté 7 800 ha dans la région de Kidal. Pour le moment, leurs dégâts se limitent aux pâturages.
Suite à une information communiquée par les services algériens en charge de la lutte antiacridienne faisant état de la présence massive de criquets pèlerins dans le Tamesna (Mali), une équipe de vérification et de signalisation du Centre national de lutte contre le criquet pèlerin (CNLCP) a été envoyée sur le terrain dans la région de Kidal du 10 au 16 novembre 2010. Lors de cette mission, il a été constaté que l’Oued Lahmar, lieu indiqué de la signalisation, se trouve à Timétrine et non à Tamesna.
Dans cette zone, l’équipe a constaté une infestation du criquet pèlerin ailé solitaire et transien1 sur une superficie totale de 7 800 ha dans 6 sites prospectés avec une densité de populations variant de 5 à 30 000 individus par hectare.
« Sur les 7 800 ha infestés, 4 900 nécessitent des traitements en vue de réduire la densité des populations des acridiens, par conséquent favoriser leur dispersion », annonce le bulletin mensuel sur la situation du criquet pèlerin du CNLCP.
« La concentration des effectifs acridiens se poursuivra dans les espaces encore verts. Cette situation devrait rester en dessous du seuil d’inquiétude à cause notamment de la détérioration progressive des conditions écologiques et de fortes probabilités de mouvement vers l’Afrique du nord où les pluies s’installent présentement », indique le bulletin, ajoutant que les conditions écologiques se dégradent progressivement dans les aires de reproduction du criquet pèlerin.
Selon Sory Cissé, responsable communication du CNLCP, « Les dégâts des criquets se limitent aux pâturages. Nous sommes en train d’envisager des solutions. On n’a pas à s’inquiéter parce que les criquets doivent partir en Afrique du Nord où il continue à pleuvoir, mais nous devons trouver la solution chez nous avant qu’ils partent dans ces zones ».
Le CNLCP envisage d’envoyer rapidement une équipe de prospection et de lutte à Tamesna et Timétrine en vue de prospecter d’autres zones plus vulnérables.
Selon le bulletin mensuel du CNLCP, l’équipe qui sera envoyée limitera les regroupements d’individus et luttera pour réduire les mouvements des populations vers d’autres zones complémentaires où les conditions écologiques seraient meilleures.
Sidiki Doumbia

Acceuil


SYATEL
La cabine peinture de véhicule bientôt fermée

Usine de peinture de véhicule qui a fait ses beaux jours au Mali, la cabine de peinture de la société Syatel créée en 1998, va fermer en fin de l’année 2010. La décision a été prise par le PDG de la société, Tahirou Sy au grand dam des travailleurs.
Faillite ou simple « retrait stratégique », on ne saurait le dire pour l’instant. Ce qui est sûr, c’est que la cabine de peinture de la société Syatel, qui s’était spécialisée dans la peinture des véhicules depuis plus de dix ans va fermer boutique en fin d’année 2010. Selon nos informations, l’entreprise de peinture sera aussitôt reprise par d’autres opérateurs économiques qui seraient des occidentaux.
Les travailleurs ont été informés par le PDG lui-même, Tahirou Sy, qui aurait promis de payer à chacun son droit de licenciement.
Depuis quelques mois, le garage de peinture n’est que l’ombre de lui-même. Les travailleurs attribuent la situation moribonde au désintéressement de son propriétaire M. Sy. Sans connaître les vrais mobiles de la fermeture de l’usine, nos sources affirment que ce n’est pas en tout cas pour des raisons économiques liées à un déficit de recettes. « Nous avions tous les grands marchés des grandes personnalités de ce pays et des services publics et organisme international ». Pour notre interlocuteur, la fermeture de l’usine ne s’explique pas du tout.
Désormais il ne restera plus entre les mains de l’ancien travailleur d’Imacy, M. Sy que la fabrication de peinture pour maison et la concession d’automobiles « Prestige Motors » dont Tahirou reste également le PDG. Il faut rappeler que « Prestige Motors » est le représentant exclusif des automobiles de marques BMW, Land-Rover, et également importateur officiel de Ford au Mali.
Chez les travailleurs, la grande inconnue est de savoir quand est ce que les travailleurs rentreront en possession de leurs droits de licenciement après la fermeture ? Comme il est de coutume au Mali, la plupart des chefs d’entreprise au lendemain de la fermeture de leur entreprise refusent de s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis de leurs employés.
Wait-end see !
A. S.

[haut]

Acceuil


BUDGET 2011 DE LA COMMUNE III
Les élus ont mis la pédale douce
Les conseillers de la Commune III ont enfin voté le budget 2011 de la commune. Un budget, à en croire des élus, qui n’a pas respecté les clauses de son élaboration.
Lors de leur session, les conseillers municipaux de la Commune III du district de Bamako, ont mis la pédale douce en acceptant de voter le budget 2011. « Nous avons voté le budget par souci de préserver l’intérêt supérieur de la commune », affirment des conseillers. Selon nos sources, un budget digne de ce nom doit s’appuyer sur les réalisations du budget de l’année d’avant (2010). Cela était impossible, en 2010, les élus ont rejeté le compte administratif du maire Abdel Kader Sidibé par deux fois.
Au cours du vote, et pour être conséquent avec eux-mêmes et éviter de cautionner les « errements » du maire Sidibé, la majorité des conseillers ont fait l’impasse sur le rapport des services techniques de la mairie qui ont produit un rapport sur les réalisations de 2010. « Nous nous sommes appuyés sur le budget de 2009 en faisant une projection sur le budget 2011 en ignorant celui de 2010 ».
Les conseillers de la commune, en tout cas pour la plus part ont évité que la tutelle en cas de refus de voter le budget ne leur « colle un budget » sans qu’ils aient un mot à dire.
Avant le vote, il a été procédé à la correction du budget soumis « la variation était trop grande entre le taux de réalisation et la projection faite ».
Il faut rappeler que les élus avaient dans un premier temps affirmé leur refus de voter le budget tant que le maire Abdel Kader Sidibé ne fournit pas de rapport détaillé du budget 2010. Mais aussi accéder au rapport des inspecteurs qui ont séjourné à la mairie « pour en savoir davantage sur les reproches faits au maire Kader ».
Finalement, ils ont mis un peu d’eau dans leur vin ne faisant plus de l’obtention du rapport des inspecteurs une condition. Il leur est revenu que le rapport des inspecteurs serait entre les mains du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné.
Amadou Sidibé

[haut]

Acceuil


INFRASTRUCTURES ROUTIERES
La Mauritanie et les grands projets
Inscrivant ses actions dans le cadre de l’intégration sous-régionale et africaine, la Mauritanie dispose aujourd’hui de projets qui font d’elle un passage obligé des échanges, des transits entre le Maghreb et le Sahara.
La Mauritanie est un pays très vaste d’environ un million de km2. La majeur partie du territoire est enclavée. Des régions sont coupées du pays à certaines périodes de l’année. Convaincues que le développement passe par le développement de la route, les autorités mauritaniennes ont accordé une place de choix à la politique de développement des infrastructures routières. Elles sont persuadées qu’un pays sans infrastructures dignes de ce nom ne peut pas décoller économiquement. La Mauritanie est résolument engagée pour la réalisation de réseaux routiers répondant au mieux aux exigences du moment.
Tous ces projets sont réalisés au nom de l’intégration sous-régionale et africaine. Les projets qui font de la Mauritanie un passage obligé des échanges et des transits ne manquent pas. En voyage d’études organisé par le groupe Stars-Oil à Nouakchott, des journalistes maliens ont découvert non seulement l’immense potentialité de ce pays voisin, ami et frère du Mali, mais aussi la nouvelle vision de ses autorités. Si l’on en croit le ministre de l’Equipement et des Transports de la Mauritanie, Camara Moussa Seydi, son pays a un projet routier qui va de l’Algérie à Tifa qui est le point de rencontre de la route de l’espoir. Mieux, la Mauritanie a trois projets en direction du Mali. Il s’agit des routes Mema-Amouss jusqu’à la frontière malienne et Kabou-Fissa. « Ceci démontre de l’importance que nous avons pour l’intégration sous régionale », explique le ministre de l’Equipement et des Transports.
Du côté du Sénégal, la Mauritanie prévoit la réalisation du tronçon Nouakchott-Rosso. Ces programmes et projets mis bout à bout visent un meilleur accès des populations à des services de base, l’augmentation des revenus, la lutte contre la faim, l’amélioration de la qualité de l’éducation à travers une meilleure mobilité des élèves. S’il est vrai qu’il existe un port à Nouakchott, force est de constater que celui-ci connaît aujourd’hui un engorgement sans précédent. Pour inverser cette tendance, les autorités mauritaniennes ont engagé des actions pour l’extension du port afin de le rendre plus concurrentiel. Il a été dimensionné de 900 000 tonnes pour un coût estimé à 300 millions de dollars. Ce faisant, le port de Nouakchott verra sa capacité doublée mais également la durée de séjour des bateaux sera réduite.
Pallier le déficit de transport aérien
Ce n’est pas tout. Afin de pallier le déficit de transport aérien, la Mauritanie ambitionne de mettre en place une compagnie dénommée « Mauritanienne Airlines international ». La Mauritanie, aux dires de son ministre de l’Equipement et des Transports, c’est aussi la construction en vue d’un aéroport international. Le pays est avancé sur la question avec ses partenaires au développement. Le ministre Camara Moussa Seydi cite avec fierté les autres actions de construction et de réhabilitation des tronçons au niveau de Nouakchott pour faire de la ville une capitale moderne et attrayante. « Les grandes civilisations se sont développées par des échanges et l’Afrique doit se développer par des échanges », pense le ministre mauritanien en charge des Transports.
Cependant, la seule fausse note réside dans la rupture du transport des personnes au niveau des frontières entre les deux pays (Mali-Mauritanie). Si le transport des marchandises ne pose pas de problème, il n’en est pas de même pour les personnes. La question reste pendante. Et le ministre Camara Moussa Seydi et son homologue du Mali Hamed Diane Séméga semblent avoir peu de contact sur la question. Néanmoins, le ministre mauritanien en charge du secteur assure que les départements des Transports et des Affaires étrangères des deux pays sont saisis du dossier et seraient en train de mener une réflexion approfondie sur la question.
D’ailleurs, promet Nouakchott, des équipes techniques seront mises en place dans les prochains jours pour étudier le problème. Il reste entendu que la Mauritanie qui a joyeusement fêté ses 50 ans d’indépendance le 28 novembre 2010 veut sortir des sentiers battus en inscrivant ses actions dans le développement des infrastructures modernes prenant ainsi une part active dans l’intégration des Etats d’Afrique.
Mohamed Daou
(envoyé spécial)

[haut]

Acceuil


ELECTIONS MUNICIPALES PARTIELLES
Quatre communes aux urnes en février 2011
Sur décision du Conseil des ministres du 24 novembre, les élections municipales partielles seront organisées en février 2011 dans quatre communes.
Les populations de la commune IV du district de Bamako, Bourem, Toya et Sandaré sont invitées aux urnes le 6 février 2011 pour l’élection de conseillers municipaux. La décision a été prise par le conseil des ministres du mercredi 24 novembre à travers le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales.
Les élections communales partielles découlent du contentieux ayant abouti à l’annulation des résultats des élections et à la mise en place de délégations spéciales dans les communes citées.
Le projet de décret portant convocation du Collège électoral prévoit l’ouverture de la campagne électorale le vendredi 21 janvier 2011 à minuit et close le vendredi 4 février 2011 à minuit. Les élections auront lieu le dimanche 6 février 2011.
Ces élections seront salutaires pour la Commune IV dirigée par une Délégation présidée par Karim Togola, administrateur civil. Les recettes de la commune IV ont connu une baisse considérable à cause du non-paiement de la TDRL par les populations. Vivement les élections dans lesdites communes pour un développement souhaité.
A. S.

[haut]

Acceuil


 

PRESIDENTIELLE DE 2012
FDM-MNJ dénonce un hold-up en préparation
Le Front pour le développement du Mali-Mali Nieta Jekulu (FDM-MNJ) que dirige Dr. Harouna Sissoko dénonce un hold-up électoral qui serait en préparation et rejette toute idée d’alliance ou de regroupement avec « un parti qui pratique allègrement pour sa promotion atypique, le débauchage et le chantage des élus d’autres partis ».
Après une période d’hibernation, le Front pour le développement du Mali-Mali Nieta Jekulu (FDM-MNJ) sort d’une torpeur. Dans une déclaration dont copie est parvenue à notre rédaction, le parti que dirige Dr. Harouna Sissoko dénonce un hold-up électoral qui serait en préparation. Le FDM-MNJ refuse l’amalgame ou à confusion politique du PDES, programme du président ATT et PDES parti comme moyen de confiscation du pouvoir.
Dans sa déclaration, le parti invite les Maliens à s’apposer au hold-up électoral que « des opportunistes et corrompus » prépareraient activement en prélude aux élections générales de 2012. Le parti du Dr. Sissoko rejette toute idée d’alliance ou de regroupement avec « un parti qui pratique allègrement pour sa promotion atypique, le débauchage et le chantage des élus d’autres partis ». Sans vouloir le citer nommément, l’allusion est faite au parti PDES qui, grâce au débauchage et à la transhumance politique d’élus, est devenu, une force politique à l’Assemblée nationale avec plus d’une dizaine de députés.
La gestion des affaires de l’Etat ainsi que de l’école n’a pas échappé au FDM-MNJ. Le parti s’insurge contre l’injustice d’Etat « qui ne récompense point le mérite selon des critères objectifs de compétences, de patriotisme et de bonne moralité ». Il voit en la cotisation de 11 millions de F CFA des élèves de la région de Sikasso pour soutenir la biennale sportive « un moyen d’exploitation et d’appauvrissement des élèves qui sont issus pour la plupart des couches défavorisées ». Le FDM-MNJ regrette le laxisme et la démission des parents d’élèves suite à l’arrêt pendant deux semaines des cours par les élèves et étudiants pour motifs de fête de Tabaski.
Sur le plan social, il s’insurge contre l’improvisation et la banalisation des concepts de « réconciliation national » et « réhabilitation ». Pour le FDM-MNJ, ces concepts « ne sauraient être décrétés du jour au lendemain ». Le FDM-MNJ qui félicite la nomination de Siaka Toumani Sangaré à la tête de la Céni en Guinée, le président ATT rentrerait au panthéon de l’histoire en posant deux actes : lutter contre la corruption, l’injustice et l’impunité et rendre le pouvoir en 2012 en organisant des élections transparentes et apaisées.
Denis Koné

[haut]

Acceuil


 

DOUBLE TIRAGE AU SORT DU CHAN ET CAN CADETS
Le Mali avec le Congo et la Côte d’Ivoire
Le tirage au sort du 2e championnat d’Afrique des nations (Chan), de football a été effectué le samedi dernier à Khartoum (Soudan). Le Mali est logé dans la poule C, avec comme adversaires la République démocratique du Congo (RDC), vainqueur de la première édition, la Côte d’Ivoire, pays hôte de la première édition et le Cameroun.
Le Soudan, pays organisateur, l’Algérie, l’Ouganda et le Gabon forment la poule A. Dans la poule B, se trouvent le Ghana, le Zimbabwe, l’Afrique du Sud et le Niger et enfin dans le groupe D, il y a le Sénégal, l’Angola, la Tunisie et le Rwanda.
Pour l’entraîneur des Aigles locaux, Mory Goïta, c’est un groupe assez relevé. « C’est un groupe très relevé quand on prend individuellement les équipes, nous avons la RDC qui est détentrice, la Côte d’Ivoire et le Cameroun, deux grandes nations de football. Ce sont des pays qui répondent présents aux grandes compétitions plus que le Mali. Je pense néanmoins pour la Côte d’Ivoire que nous avons affrontée au tournoi Uémoa, au Soudan ça va être un peu différent, mais le style ne va pas beaucoup changer, mais les hommes vont changer parce que la période a fait que des éléments sont restés pour diverses raisons ». M. Goïta d’ajouter qu’un plan de préparation sera déposé pour ce faire, notamment avec des rencontres avec les pays qui jouent avec le même style que les adversaires : « j’ai déjà choisi certains sparing partenaires comme le l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Ghana, le Gabon et forcement il faut solliciter des équipes qui jouent le même style que les adversaires dans la préparation ».
La phase finale de la 2 e édition du Chan aura lieu du 4 au 25 février 2011 au Soudan.
CAN CADETS
Le tirage, celui de la 9e édition de la Coupe d’Afrique des nations des Cadets a été effectué également le samedi dernier à Kigali au Rwanda. Les Cadets maliens sont basés dans le groupe B, en compagnie du Congo, de la Côte d’Ivoire et de la Gambie. Le groupe A regroupe le Rwanda, pays hôte, le Sénégal, l’Egypte et le Burkina. Le match d’ouverture aura lieu entre le Rwanda et le Burkina à Amahoro national stadium. Les Aiglonnets feront leur entrée en lice le 9 janvier à Umuganda stadium (Gisenyi), contre la Côte d’Ivoire, ensuite ils affronteront le 12 janvier la Gambie, pour boucler le 15 janvier avec le Congo dans le même stade d’Umuganda de Gisenyi.
Pour l’entraîneur des Cadets, Nouhoum Diané, le groupe est prenable « C’est un groupe où le coup est jouable. Un plan de préparation a été déposé à la Fédération, je pense que nous aurons notre mot à dire. Pour la préparation, nous devons reprendre les entraînements dès la semaine à venir ».
La phase finale aura lieu du 8 au 21 janvier 2011 au Rwanda.
Boubacar Diakité Sarr

[haut

Acceuil


DU NOUVEAU AUX EDITIONS JAMANA

PETIT PRECIS DE REMISE A NIVEAU

SUR L'HISTOIRE AFRICAINE...

Prix:6500 f cfa

Droit civil

Tome 1: 4000f cfa

Tome 2: 6000f cfa

 

 

L'épopée shongoî

Prix:2500 cfa

La conjuration

Prix:4000f cfa

[haut]

acceuil

Dans ce site web vous trouverez :
OpeneNRICH

 

 




 
Les fondateurs
:: JAMANA : Coopérative Culturelle Multimédia AV. Cheick Zayed - Porte 2694 - Hamdalaye Bamako Mali ::
Tél. 00(223) 229 62 89 - Fax : 00 (223) 229 76 39 - http://www.jamana.org