Cooperative culturelle ; Cooperative multimédia
Jamana Contact
Imprimer
 

 

 

2008

Mois de Décembre

Les Echos du 24 Decembre

 

MORT DE LANSANA CONTE

La fin d’un règne personnel et ensanglanté

Le général Lansana Conté, décédé lundi à 74 ans, après un règne sans partage, laisse derrière lui une Guinée exsangue en dépit de ses énormes potentialités et une succession difficile.

« Que ceux qui veulent intervenir le fassent dès maintenant sinon demain, il sera trop tard » . Ainsi parlait en juillet 1985 feu le général Lansana Conté, président de la République de Guinée, après l’échec d’un complot mené par le ministre d’Etat, ministre de l’Education nationale, le colonel Diarra Traoré (précédemment Premier ministre), qui l’avait aidé à renverser, le 3 avril 1984, les successeurs du premier président de la Guinée indépendante, Ahmed Sékou Touré, décédé une semaine plus tôt.

Les interventions n’étaient pas nécessaires, les conjurés et une partie de l’élite du Parti démocratique de Guinée (PDG-RDA, parti-Etat) sont passés par les armes moins de vingt-quatre heures après cette déclaration.

Après avoir peu ou prou étouffé toute velléité de coup d’Etat, le général, dont on dit qu’il a été forcé de prendre la direction des affaires guinéennes en avril 1984, pouvait respirer. Le pouvoir surtout « africain » s’accommodant mal du partage, il dort les deux poings fermés en étant le seul maître à bord en Guinée, faisant et défaisant à sa guise les hommes et les situations.

Donné battu aux premières élections pluralistes après que la rue eut arraché l’ouverture politique, Lansana Conté, une fois de plus résiste aux coups de boutoir d’Alpha Condé qui, de l’avis général, a été spolié d’une victoire certaine à l’issue du scrutin présidentiel de 1993. Ce crime de lèse-majesté vaudra à l’opposant historique de goûter aux affres de l’emprisonnement.

Février 1996. Alors qu’on croit le pays en dehors des turbulences, un groupe d’officiers subalternes tente de s’emparer du pouvoir. Le chef de l’Etat, on ne sait par quel miracle, parvient à retourner la situation en sa faveur. Profitant des clivages exacerbés entre ethnies guinéennes, il dresse les uns contre les autres, appâte les putschistes, qui le relâchent. Les représailles sont meurtrières dans les rangs des jeunes militaires.

Omnipotence

Tout comme au début de l’année 2007 qui a vu la mort de plus d’une centaine de Guinéens. Sous la houlette des syndicalistes, des manifestations contre la vie chère et pour le départ du général, éprouvé par le diabète et une leucémie, sont réprimées dans le sang. Après un moment de « faiblesse » marqué par la nomination d’un Premier ministre de consensus, Lansana Kouyaté, le général Conté, qui a une conception villageoise du pouvoir, reprend du poil de la bête, congédiant l’ancien patron de la Cédéao ainsi que tous les ministres qui lui sont proches. Retour à la case départ.

Plus qu’un président de la République qui ne tolérait aucune forme de contestation, il faut dire que Lansana Conté, qui vient de disparaître à 74 ans, se prenait pour un chef de village incontesté et incontestable, qui ne pouvait parler d’igname et qu’on dise manioc. N’a-t-il pas publiquement exigé d’Alpha Condé et à tous les opposants radicaux d’aller à Canossa, c’est-à-dire à venir s’agenouiller devant lui pour recevoir des coups de fouet en guise de pardon après qu’ils eurent « offensé » leur aîné qu’il est ?

N’a-t-il pas baptisé son palais reconstruit « Sékurureya » en hommage au président Ahmed Sékou Touré à un moment où les Guinéens réclamaient justice pour les victimes du Camp Boiro et autres lieux de détention de sinistre mémoire ? N’a-t-il pas dit qu’il est la justice en délivrant son ami et homme d’affaires Fodé Sylla, convaincu d’indélicatesse ? Au total, Conté aura été omnipotent dans une Guinée qui broie du noir alors qu’elle est présentée comme un « scandale géologique » à cause de ses richesses énergétiques et minières.

Trop préoccupé par le pouvoir absolu, Lansana Conté n’avait que dalle du bien-être de son peuple et même de sa succession, d’où les rumeurs de coup d’Etat qui ont suivi l’annonce de son décès.

La mort est certes une épreuve difficile pour tous les humains, mais la donner à ses adversaires aura été le socle sur lequel reposait le régime qui vient de prendre fin ce lundi 22 décembre 2008 en Guinée. Par la grâce de Dieu.

A. M. T.

Acceuil


GUINEE

Le réveil douloureux du peuple

En Guinée-Conakry, même si l’histoire ne se répète pas, elle bégaie comme dirait le Pr. Joseph Ki-Zerbo. Quelque 24 ans après la mort du président Sékou Touré, les militaires guinéens ont remis ça en déposant avec élégance le cadavre de leur chef d’Etat Lansana Conté, lequel a oublié de se réveiller le mardi 22 décembre au petit soir, semble-t-il.

Au terme de la Constitution guinéenne, c’était le président de l’Assemblée nationale, Aboubacar Somparé, qui devait assurer l’intérim du pouvoir en cas de décès ou d’empêchement majeur du chef de l’Etat. Mais comme en 1984 (26 mars), au moment de la mort de Sékou Touré, les militaires n’ont pas attendu le bon fonctionnement des institutions et ont fait irruption sur la scène politique pour s’emparer du pouvoir par la force.

La mort de Lansana Conté était attendue depuis au moins 3 jours puisqu’il était entré dans un coma profond depuis le jeudi 18 décembre 2008. On avait alors craint un scénario à la togolaise qui aurait permis à un fils du général, notamment celui qui est officier dans l’armée guinéenne, de succéder à son père.

Cela ne s’est certes pas produit, mais le peuple de Guinée ne s’est pas moins réveillé avec une gueule de bois en apprenant le lendemain qu’un capitaine avait pris le pouvoir. Un officier subalterne a donc succédé à un autocrate de luxe. Mais cette situation n’augure rien de bon quand on sait que le promu n’est qu’un capitaine et que l’armée guinéenne regorge d’officiers supérieurs qui accepteraient mal ce fait accompli.

On ne connaît pas encore la réaction officielle de la classe politique, mais tout porte à croire que les partis politiques, dans leur ensemble, doivent condamner fermement ce coup de force même s’il y a beaucoup de chose à leur reprocher dans la lutte contre l’autocratie, notamment leur complaisance à l’égard du défunt régime.

Les démocrates et les républicains de toutes les tendances qui sont sous nos cieux et qui croient encore que les coups d’Etat sont terminés doivent revoir leurs analyses après ce qui s’est passé en Mauritanie en août dernier et maintenant en Guinée.

Les armées africaines, malgré l’avènement de la démocratie, n’ont pas renoncé à l’exercice du pouvoir politique. Elles se croient même plus prêtes à cela qu’à la défense de la patrie ou du territoire national. Dès qu’on nomme un officier supérieur chef d’état-major ou aide de camp celui-ci se met tout de suite à croire à son destin national.

Nos officiers, après avoir disjoncté un moment avec ce vieux rêve (après 1991) l’ont repris. Ils ne croient plus que la gloire d’un officier est sur le champ de bataille, mais plutôt sur la scène politique où ils courent après les rôles politiques que les civils leur attribuent par crainte du putsch parce que chaque officier dans les allées du pouvoir civil guette en permanence les défaillances de celui-ci pour se mettre en selle.

Que l’armée reprenne (ou confisque) le pouvoir en Guinée n’a rien de surprenant parce que le régime de Lansana Conté devait sa solidité et sa survie au soutien musclé des forces armées et de sécurité. En outre la faible organisation de la société civile avait permis au clan de Lansana Conté de s’implanter en profondeur dans la société, au point de paraître indéboulonnable même après la mort de son chef.

Le rôle de la classe politique des pays africains, après les événements de Mauritanie et de Guinée, est d’arriver à faire comprendre à leurs armées que la gloire de celles-ci se trouve dans la caserne et non sur l’arène politique.

Yiriba

 

[haut]

Acceuil


DECES DE LANSANA CONTE

La Guinée à la croisée des chemins

Il n’était plus qu’un mort vivant dont on attendait la disparition physique depuis des années. Finalement, Lansana Conté s’en est allé le 22 décembre 2008. Curieusement, on comprend maintenant pourquoi les Guinéens n’étaient pas prêts à se débarrasser de ce despote malgré sa maladie et surtout son incapacité à mettre leur pays sur la voie du développement. Aujourd’hui, la mort de ce « paysan-soldat », devenu chef d'Etat par la force des choses, met son pays à la croisée des chemins et le précipite au bord de l’instabilité politique puisque certains éléments de l’armée revendiquent déjà le pouvoir qui revient constitutionnellement au président de l’Assemblée nationale.

Le président guinéen, Lansana Conté, est décédé lundi soir (22 décembre 2008) à Conakry. Parvenu au pouvoir en 1984, le chef de l'Etat se décrivait lui même comme un « paysan soldat » et reconnaissait être entré en politique par hasard. Le général président a dirigé le pays d'une main de fer pendant vingt-quatre ans.

Agé de 74 ans, Lansana Conté, qui se savait condamné, avait visiblement fait le choix de rester au pays, voyageant très peu et se montrant très peu aussi sur la scène politique de son pays. Son état de santé, qui n’était plus un mystère pour personne, alimentait périodiquement les rumeurs à Conakry. Ces voyages au Maroc ou à Cuba pour y subir des soins étaient interprétés comme d’ultimes soubresauts d’un corps malade. Et son absence aux cérémonies de commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance de la Guinée n’a laissé aucun espoir à ses partisans qui avaient compris que sa mort n’était qu’une question de jours.

Ces adversaires politiques en panne d’idées pour le faire partir du pouvoir s’en remettaient à la destinée et à la mort inéluctable de tout homme, pour espérer un jour connaître un véritable changement de régime en Guinée. Le diabète chronique dont souffrait le président aurait rendu une plaie au pied incurable, ce qui a considérablement réduit sa mobilité. Mais « j’ai mal au pied et non à la tête », s’amusait ce bon vivant à répondre à l’opposition politique qui pointait l’incapacité physique du président à gouverner.

Lors de l’élection présidentielle controversée du 21 décembre 2003, le président aurait voté depuis son véhicule 4x4 climatisé, confortablement installé, l’urne ayant été exceptionnellement déplacée jusqu’à lui. Les résultats de cette présidentielle ont donné, dès le premier tour, Lansana Conté vainqueur avec plus de 95 % des suffrages. Le scrutin avait été boycotté par l’ensemble de la classe politique sauf Bhoye Barry, adversaire plutôt proche du pouvoir.

Venu par « hasard au pouvoir », comme il le reconnaissait lui-même, Conté a naturellement pris goût à sa fonction en installant autour de lui un puissant clan de dévoués. Pour s’y maintenir, il a troqué le treillis contre le costume politique en créant le Parti de l’unité et du progrès (PUP). C’était à la faveur de l’adoption d’une nouvelle Constitution (23 décembre 1990) et qui instaurait le multipartisme en 1992.

Une opposition impuissante

Constamment déstabilisé par les militaires et la société civile notamment en 1996 et en 2006, Conté est parvenu à se maintenir au pouvoir contre vents et marées. D’abord parce qu’il a su bien entretenir à son profit les clivages ethniques, notamment entre les Malinkés et les Peuls, au sein de l’armée et de la classe politique. La preuve est que l’opposition politique n’a jamais pu parler le même langage pour proposer aux Guinéens un scénario crédible d’alternance.

Malgré la pauvreté croissante de la population, il faut aussi souligner que tout n’est pas sombre dans le bilan du désormais défunt président. Entouré de foyers de guerre (Liberia, Sierra Leone et Côte d’Ivoire), il su éviter à son pays de s’embrasser comme ses voisins. Mieux, il a joué un rôle important dans le retour de la paix au Liberia et en Sierra Leone. Avec les présidents Amadou Toumani Touré et Blaise Compaoré, Conté s’est aussi un moment investi dans la réconciliation du Nord et du Sud en Côte d’Ivoire.

Mais, aujourd’hui, ce que les Guinéens redoutent le plus, c’est l’après-Conté. La classe politique saura-t-elle éviter le scénario ivoirien de l’après Félix Houphouët-Boigny ? Rien n’est moins sûr car les appétits sont assez aiguisés. Pour chaque potentiel héritier, pour chaque leader de l’opposition, c’est le moment ou jamais de réaliser son « destin » présidentiel. D’ailleurs, c’est la profonde division de l’opposition politique et du propre clan de Conté qui ont conforté son pouvoir car la grande majorité des Guinéens sont convaincus qu’après le général-président, c’est le chaos.

Aujourd’hui, le pays est à la croisée des chemins et a besoin d’une transition sereine pour tourner la page Conté. La stabilité politique de la Guinée dépend aujourd’hui d’une bonne transition. Malheureusement, rien ne présage cela. Il sera difficile pour les héritiers du général et les leaders de l’opposition de faire fi de leurs ambitions personnelles pour définitivement mettre leur pays sur la voie de la démocratie.

L’armée en électron libre

La légalité voudrait que ce soit le président de l’Assemblée nationale qui dirige la transition et organise les élections. Mais, objectivement, il faudra compter avec le Premier ministre et surtout l’armée. Celle-ci, si elle n’était pas profondément divisée en clans ethniques, aurait été le meilleur arbitre du jeu politique. Mais, qui contrôle réellement l’armée en Guinée ? Bien malin qui saura répondre à cette question avec certitude ?

Avec la position actuelle de la « Grande muette », on risque de passer d’un coup d’Etat à l’autre. Il est donc à craindre que la Guinée ne se retrouve face au même péril qu’à la mort de Sékou Touré : « un pays tiraillé entre l’armée et une classe politique qui n’a jamais su se montrer assez responsable pour être crédible aux yeux des Guinéens ».

C’est une semaine après la mort du président Sékou Touré, le 3 avril 1984, que Lansana Conté, à la tête d’un groupe d’officiers, prend le pouvoir à Conakry en instaurant un Comité miliaire de redressement national. Il est alors désigné président de la République et élevé au grade de général un an plus tard.

Père de cinq enfants, le général Conté était de confession musulmane. Polygame, il était divorcé d’une première épouse avant de prendre en secondes noces Henriette Conté, une chrétienne, puis Kadidiatou Camara, une musulmane et ancienne « Reine » de la beauté dans son pays.

Dan Fodio

[haut]

Acceuil


DECES DU PRESIDENT GUINEEN

Des Maliens et Guinéens entre deuil et espoir

Des ressortissants guinéens et des Maliens ont bien accepté de se prononcer sur le décès survenu le lundi 22 décembre 2008 du président Lansana Conté. Si d’aucuns sont franchement désolés et présentent leurs condoléances, d’autres en revanche pensent que cette disparition peut ouvrir la voie du bien-être au peuple guinéen. Réactions.

Malick Berthé(directeur adjoint agence entreprises de la BNDA) :

« J’ai été attristé par la mort de Lansana Conté. Je souhaite que les Guinéens se ressaisissent car l’après-Conté est difficile à gérer. J’ai à la fois le cœur en deuil et je suis inquiet pour l’avenir de ce pays. Je suis déçu par la réaction des militaires. C’est lâche. Si jamais les rumeurs se confirment, ce serait désolant pour ce pays frère. Je lance un appel à la communauté internationale pour rétablir la démocratie en Guinée ».

N’Daye Kamissoko(chauffeur entre le Mali et la Guinée) :

« Quand je quittais la Guinée hier, la mort de Lansana n’était pas encore annoncée officiellement. Mais tout le monde disait déjà qu’il était mort depuis longtemps. On ne peut pas se réjouir de la mort de quelqu’un mais je pense que la mort de Lansana fera une ouverture à la Guinée. On prie Dieu pour que l’après-Conté puisse permettre à la Guinée de retrouver la voie du développement ».

Mamadou Doumbia (fils d’un ex-ministre de Conté) :

« Je suis Guinéen. Mon père a été plusieurs fois ministre dans des gouvernements de Lansana. Bien que la mort de Lansana était prévisible, elle va être difficile pour la Guinée. Je voudrais que les Guinéens se donnent la main et serrent les rangs pour que la démocratie soit instaurée ».

Alpha Sano(chauffeur guinéen) :

« On ne dit pas qu’on est content de la mort de quelqu’un sinon la mort de Lansana permettra à la Guinée de changer. Lansana avait mis la Guinée en retard. On ne veut plus le pouvoir des militaires ».

Abdoulaye Kéita(3e adjoint au maire de la Commune IV) :

« Je crains des problèmes politiques dans ce pays. Pour votre information, je suis citoyen d’honneur de la Commune de Matam à Conakry. Cette Commune est jumelée à la Commune IV. En tant que politicien et citoyen d’honneur d’une des communes de la Guinée, je souhaite que Lansana soit remplacé par quelqu’un qui puisse assurer l’avenir de la Guinée. Surtout pas les militaires ».

Mahamadou Doumbia(métrologue guinéen) :

« Je suis né et j’ai grandi en Guinée. J’ai exercé la profession de météorologue dans un projet en Guinée pendant 4 ans. Et, je chôme depuis 1990. Je suis obligé d’exercer des petits métiers pour gagner mon pain. En Guinée maintenant, il y a plus de 10 promotions qui chôment. Lansana a ancré la Guinée dans l’extrême pauvreté. Je présente tout d’abord mes condoléances à ses parents. Mais, je dirais que sa mort permettra à la Guinée d’évoluer. Je soutiens le nouveau gouvernement. Je veux qu’un militaire honnête vienne d’abord au pouvoir pour mettre les choses au point ».

Mariam Sissoko(commerçante entre le Mali et la Guinée) :

« Si la Guinée se développe, cela va dans l’intérêt de nous les commerçants et de tous les Maliens. La mort de Lansana est un nouveau souffle pour la Guinée pour qui connaît ce pays ».

Propos recueillis par

Sidiki Doumbia

 

[haut]

Acceuil


LITIGE FONCIER A L’HIPPODROME

Le maire du district sème le désordre à l’Assemblée nationale

Le retrait forcé de parcelles non mises en valeur et leur réattribution à des tierces par le maire du district vient de créer un scandale sans précédent à l’Assemblée nationale. Le député Mamadou Awa Diaby Gassama et le président de l’Assemblée nationale Dioncounda Traoré sont à couteaux tirés par la faute du maire du district.

L’opération de retrait forcé de lots à usage d’habitation dans le district de Bamako par le maire du district a créé des dégâts collatéraux à l’Assemblée nationale. Pour se donner bonne conscience et gagner la complicité des hautes autorités, le maire a procédé à des octrois de parcelles retirées à des ministres, députés, hauts gradés de l’armée et magistrats.

Les parcelles K6 et K8, situées à l’Hippodrome et appartenant à Oumar Dabo dit Barou, un Malien de France, ont été retirées et réaffectées à Youma Barry et Aminata Diakité, épouses de l’honorable Mamadou Awa Diaby Gassama. Ce dernier, sachant que ce sont des biens impropres octroyés à ses conjointes, s’est précipité de construire sur les deux parcelles un mur mitoyen avec portails et deux magasins. Un gardien veillait sur la tranquillité des lieux.

Oumar Dabo de passage à Bamako s’est rendu sur ses parcelles avec l’intention de les construire. Il y a amené sables, graviers, moellons et ciment. Il a fait déguerpir le gardien avec une sévère mise en garde de ne plus mettre les pieds dans sa propriété.

Mamadou Awa Diaby Gassama qui a l’art d’offenser tout ce qu’il trouve sur son passage et qui n’ouvre la bouche que pour dire des insanités avait juré d’agresser physiquement Barou. Il en a été dissuadé par son avocat qui lui a certainement conseillé de porter plainte auprès du tribunal de la Commune II.

Mensonge districal

Dans la foulée, le « député étrangleur » s’en est pris vertement au président de l’Assemblée nationale, Diouncounda Traoré qu’il soupçonne d’interférer dans le dossier en faveur de Barou Dabo en envoyant son directeur de cabinet chez le président du tribunal de la Commune II. Il a craché à la figure du président de l’Assemblée nationale qu’il n’est pas son président et qu’ils sont tous des collègues à l’hémicycle.

La décision controversée de retrait de parcelles sans sommation, par la mairie du district à leurs bénéficiaires initiaux avait en son temps fait couler beaucoup d’encre et de salive. Les ayants droit avaient même battu le pavé et saisi le président de la République. Ce dernier avait à son tour saisi le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales qui a instruit au maire du district de surseoir à l’opération qui ne respecte pas la procédure en la matière.

L’injonction du chef de l’Etat avait fait reculer le maire du district. Mais, manifestement, celui-ci qui n’a pas abdiqué a pris un arrêté visant à mettre fin provisoirement à la désaffection desdites parcelles tout en intimant à leurs propriétaires de les mettre en valeur dans un délai de trois mois.

Lors de son passage à « Question d’actualité » sur le plateau de la télévision d’Etat en début décembre, le maire du district, Adama Sangaré avait pourtant nié qu’aucun lot n’avait fait l’objet de retrait. Le mensonge a beau courir, la vérité finit toujours par l’attraper.

Abdrahamane Dicko

 

[haut]

Acceuil


 

FSJP

Le rectorat ouvre la chasse aux étudiants fictifs

Profitant d’une conférence de presse le 22 décembre, le recteur de l’Université de Bamako, Mme Siby Ginette Bellegarde, a fait le bilan de l’année universitaire 2007-2008 qui s’est, selon elle, relativement bien déroulée dans tous les établissements d’enseignement supérieur, exceptée la Faculté des sciences juridiques et politiques (FSJP).

Alors que la plupart des établissements commencent la nouvelle année universitaire 2008-2009, à la FSJP les examens de fin d’année au compte au l’année 2007-2008 n’ont encore pas eu lieu à cause de nombreuses difficultés relatives à l’effectif des étudiants qui, il faut noter, n’est pas plus pléthorique que dans les autres Facultés. En effet, à la FSJP, tous les étudiants ne sont pas identifiés, ce qui fait dire au recteur qu’à la FSJP il y a des « vrais » et des « faux » étudiants, d’où sa ferme volonté à démasquer des étudiants fictifs, qui y sont nombreux, d’après elle.

Selon la conférencière, le processus d’identification à travers l’inscription des étudiants connaît des difficultés. « Le 31 août 2008 quand nous avons arrêté les inscriptions, à peine nous avions 6000 étudiants inscrits alors qu’on parle de plus de 20 000 étudiants à la FSJP », s’est étonnée Mme Siby Ginette Bellegarde. Elle a ajouté que le rectorat, suite à la découverte de nombreuses irrégularités, a commis un huissier en octobre 2008 pour réétudier les dossiers de chaque étudiant.

« Aux termes de ce travail, 17 425 dossiers ont été récupérés. Nous avons remarqué de graves irrégularités car des étudiants proposés au redoublement se sont inscrits en classe supérieure et ceux qui devaient être exclus ont été autorisés à se réinscrire » .

Pis, après les recherches il est resté plus de 1000 dossiers qui n’avaient ni de décision d’orientation ni de décision d’administration, d’où la colère du recteur qui affirme que l’administration de la Faculté n’a pas été en mesure de dire la provenance de ces dossiers.

Mme Siby Ginette Bellegarde a révélé que l’ex-doyen, Pr. Harouna Dembélé, et son équipe voulaient organiser les grands devoirs dans ces conditions de flou total, une mesure à laquelle le rectorat s’est naturellement opposé.

Mais malgré des communiqués radiophoniques, des bandes annonces sur la télévision nationale, la nouvelle équipe de l’administration provisoire de la FSJP, dirigée par le Pr. Bandiougou Gakou, constate la lenteur dans le retrait des cartes.

Amadou Waïgalo

 

[haut]

Acceuil


Du nouveau aux éditions jamana

Les noces viciées du Nonmon

Prix 4000f cfa

 

 

Droit et pratique du droit au Mali

Prix:7500f cfa

 

 

Les pièges du destin

Prix:4000f cfa

Le mouvement mondial des femmes

Prix:4500f cfa

[haut]

acceuil

Dans ce site web vous trouverez :
OpeneNRICH

 

 




 
Les fondateurs
:: JAMANA : Coopérative Culturelle Multimédia AV. Cheick Zayed - Porte 2694 - Hamdalaye Bamako Mali ::
Tél. 00(223) 229 62 89 - Fax : 00 (223) 229 76 39 - http://www.jamana.org